mercredi 21 septembre 2011

Libye : Le pétrole et le chaos

Mercredi 21 septembre 2011
 

Crise libyenne - Septembre finit dans dix jours et avec lui devrait s’éteindre la résolution 1973. A moins que le Cnt n’en demande  la reconduction. Pour les besoins de la cause,  elle est une  autorité  reconnue par les Nations-Unies.  Avec  un empressement  qui donne désormais le gravissime précédent que toute rébellion, même cache sexe d’intérêts marchands, pour peu qu’elle soit  parrainée à Paris, Londres ou Washington peut-être adoubée par la Maison de verre.

Et pas la Palestine, une nation délogée de sa terre, prisonnière  chez elle,  seule avec sa longue douleur, les larmes de ses veuves et ses enfants privés d’aires de jeu. Mais de la terre brimée des apôtres on reparlera. Revenant à la Libye, il faudra s’y résoudre : le système Kadhafi est bel et bien fini. Sa force, c’était l’Etat, les richesses du peuple gérées dans l’opacité et puis  la captivité de toute une nation. Contre mauvaise fortune faire bon gré relève désormais d’une realpolitik qui s’imposera à tous, y compris les voisins de la Libye.

Et si au bout, s’annonce la  démocratie même arrachée à la canonnière, tant mieux. Mais revenant à la Libye, il nous faudra bien  méditer les limites de la communication  anesthésiante des forces de l’Otan qui savent  les divergences béantes parmi  des  vainqueurs trop tôt déclarés. Car même composer un petit gouvernement  de service après vente juste pour reconduire l’Otan est devenu la croix et la bannière.  Oui, revenant à la Libye, il nous faudra bien méditer, devant le carnage de Beni Walid et de Syrte,  les limites de l’enthousiasme contre les avantages du métier, les insurgés étant en passe de devenir la triste chair à canon d’une guerre par procuration. Enfin sur la Libye, il nous faudra envisager même le scénario cauchemar : l’Otan n’ayant plus rien à bombarder mais trop préoccupé par son opinion publique pour envoyer des troupes aguerries au sol et en face un pouvoir vaincu mais pas éradiqué, avec suffisamment de capacité de nuisance pour faire du Sahel le havre de nouveaux shebabs. Le pétrole était l’objectif, le chaos se profile comme le résultat.

Adam Thiam  
Afrique en Ligne  
Sur Cri du Peuple 1871 : http://www.mleray.info/article-libye-le-petrole-et-le-chaos--84758047.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire