mardi 8 novembre 2016

ELECTION PRESIDENTIELLE AMERICAINE : Même si les américains élisent Clinton, Trump pourrait lui devenir président !



Les américains peuvent élire Hillary Clinton, et malgré ceci, Donald Trump pourrait devenir président des États-Unis. Ceci serait expliqué par la loi de l’élection présidentielle américaine. Le résultat final de l’élection présidentielle sera donc annoncé au cours du mois de décembre.

Les électeurs américains sont invités à voter pour l'élection de leur président. Cependant, ils n'élisent pas directement celui-ci : le scrutin se fait au suffrage indirect. Les médias annoncent le résultat de l’élection présidentielle au mois de novembre, alors que les grands électeurs ne votent qu’au cours du mois de décembre qui suit.

Chacun des cinquante États élit un nombre de «grands électeurs» égal au nombre de ses Représentants et Sénateurs soit un total de 538 (100 au titre du Sénat, 435 au titre de la Chambre des représentants, 3 pour le District fédéral de Columbia). L’État le plus peuplé, la Californie, dispose de 55 votes et les 8 États les moins peuplés n’en ont que 3 chacun. Les partis politiques nomment leurs listes de grands électeurs lors des conventions politiques par États. Un grand électeur ne peut faire partie du Congrès ou être membre d'un bureau fédéral.

En principe, les votes populaires devraient être exprimés en faveur d’un grand électeur. Dans la pratique, les bulletins de vote sont rédigés sous la forme «grand électeur en faveur de tel "ticket"» ou mentionnent simplement le nom des candidats.

De plus, dans tous les États sauf deux, le Maine et le Nebraska, le mode de scrutin donne toutes les voix de l’État (selon « the winner-takes-all system » : principe du «tout-au-vainqueur») au candidat arrivé le premier (le Maine et le Nebraska donnent deux voix au vainqueur de l'État et une voix au vainqueur de chaque district congressionnel). C’est ce qui explique la disparité entre les résultats populaires qui, lors des dernières élections, étaient proches entre Républicains et Démocrates, et les résultats des grands électeurs qui donnaient une majorité souvent écrasante à l’un des candidats. À titre d’exemple, on peut citer l’élection présidentielle de 1972 où le candidat républicain Richard Nixon a été élu avec plus de 95 % des voix des grands électeurs alors qu’il n’avait emporté que 60 % des voix populaires.

Une des critiques de ce mode de scrutin est que le président élu peut ne pas être le candidat ayant recueilli le plus de suffrages populaires. Théoriquement au moins, un candidat pourrait être élu avec 21,91 % du vote populaire. Lors de l'élection présidentielle de 2000, le candidat démocrate Al Gore obtint 550 000 voix de plus que son adversaire républicain George Bush au niveau national, mais les 550 voix d'avance que Bush a officiellement obtenues en Floride lui permirent d'obtenir tous les grands électeurs de cet État et de remporter l'élection au niveau fédéral.

Mais la critique la plus courante de ce principe est qu’il favorise le bipartisme ; récemment les candidats d’un troisième parti, n’ont reçu aucune voix de grand électeur alors que les votes populaires en leur faveur ont avoisiné 20 %.

Un grand électeur peut décider de ne pas voter pour le candidat auquel il avait d'abord apporté son soutien ; les cas sont rares, mais on en compte huit dans la période contemporaine. Certains États ont d'ailleurs interdit cette pratique, qui n'est pas contrôlée au niveau fédéral. Les médias annoncent donc le résultat de l’élection présidentielle au mois de novembre, alors que les grands électeurs ne votent qu’au cours du mois de décembre qui suit.

En effet, après plusieurs modifications des lois électorale, fédérale et étatique, on est arrivé au mode de scrutin actuel de l’élection couplée du président et de son vice-président ainsi qu’au vote bloqué des grands électeurs. Des associations cherchent toujours à modifier cela pour passer à un scrutin proportionnel au niveau des états, voire pour l’éliminer complètement et ne conserver que le vote populaire.

Source : alahed

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire