jeudi 6 août 2015

QATAR - L’IMAM DE L’APOCALYPSE YOUSSEF AL QARADAWI : Plaidoirie ou regrets ?



«Que les médias occidentaux s’en prennent à moi, cela ne m’étonne guère, mais je ne comprends pas pourquoi les médias arabes ne ratent aucune occasion pour m’attaquer», se plaint-il.

Dans une vidéo, Youssef Al Qaradawi ex citoyen égyptien, le théologien de référence des Frères musulmans surtout, puis du Qatar/OTAN semble désavouer toutes les saloperies qu’il avait émises, souvent sous forme de fatwa. Il devient maintenant, selon lui, la cible de «l’Amérique et le sionisme » qui auraient tout mobilisé contre lui pour mener contre sa personne « une campagne médiatique ». Un revirement spectaculaire après surtout son isolement depuis le renversement de Mohamed Morsi et le remplacement de Hamad Ben Khalifa du Qatar par son fils Tamim.
Diminué par l’âge et sûrement par la maladie et les «regrets » au crépuscule de sa vie, le voilà se métamorphoser en victime après avoir été le soutien le plus écouté des terroristes et le faire-valoir des  commanditaires, monarques du golfe et de l’Occident, par ses pêches et fatwa assassines contre les pays musulmans progressistes dont-il appelait les peuples à se soulever contre leurs dirigeants! Ils lui faisaient dire tout ce qu’il faut pour exécuter le plan impérialo-sioniste !
Par on ne sait quelle inspiration, ou oracle, cette funeste autorité religieuse virevolte pour se présenter en victime. «Que les médias occidentaux s’en prennent à moi, cela ne m’étonne guère ; mais je ne comprends pas pourquoi les médias arabes ne ratent aucune occasion pour m’attaquer», se plaint-il alors qu’il ne faisait depuis des années que servir, par la manipulation religieuse, la politique américano-monarco-sioniste par le stratagème «printemps arabe» suivant la stratégie « Grand Moyen-Orient » que complète le plan sioniste Yinon. Il renie aussi avoir été « l’incitateur au terrorisme et prédicateur en faveur de la haine dans le monde», lui qui a «passé toute vie à défendre la modération et appeler à la paix et à la tolérance».
Al Qaradawi était devenu l’ennemi des « républiques » arabes, des patriotes et des nationalistes par ses prêches virulents sur la chaine qatarie Al-Jazeera pour déstabiliser les régimes en place au profit des monarchies du golfe et des sionistes, incitant les foules, abruties, à la violence chez eux  ou contre les chiites et non contre les sionistes, usurpateurs , qui colonisent et assassinent les Palestiniens.
C’est bien ce sinistre personnage qui avait « décrété » sur Al-Jazeera : «Je lance la ‘fatwa’ d’assassiner Mouammar al Kadhafi, de l’exécuter sans attendre», « que celui qui dans l’armée libyenne peut tirer une balle sur Mouammar Kadhafi pour en débarrasser la Libye, le fasse », balayant ainsi d’un revers de main tous les droits et les principes des droits de l’homme. Les médias occidentaux avaient sauté sur cette occasion inespérée pour conforter leurs thèses sur l’Islam surtout que cela venait d’une référence religieuse indiscutée ! Avait-il pensé aux terribles conséquences ?
Pour la Syrie, Al Qaradawi avait encouragé les jeunes musulmans à aller combattre en Syrie contre Bachar El Assad, allant jusqu’à blâmer le célèbre théologien Said Ramadan Al Bouti l’accusant d’aider le régime de Assad. Ce qui le rendait apostat aux yeux des intégristes. Al Bouti mourra assassiné dans une Mosquée quelques semaines plus avec un groupe de fidèles. Pour lui tuer les soutiens du régime était licite « militaires, civils, oulémas… »
Tous les algériens connaissent ce sinistre personnage et cette chaine lorsqu’elle défendait les assassins du GIA/FIS en leur donnant une tribune pour émettre des ‘fatwa’ autorisant les assassinats des forces de l’ordre, de leurs familles y compris les enfants, les intellectuels et les journalistes !
On attendait de lui des actes de sagesse, caractéristique des hommes de religion, mais le sectarisme des Frères musulmans dont-il est le penseur l’avait emporté sur sa raison !
A 88 ans, il fallait des excuses en attendant le jugement de Dieu et non une plaidoirie !
 « Ce que je crains le plus pour ma communauté, ce sont les Imams qui égarent » (Hadith rapporté par les Imams Ahmad, Abou Dawoud, At-Tirmidhi, Ibn Madjah et Ad-Darimi).
Djerrad Amar
Source : Allain Jules

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire