jeudi 8 août 2013

la Palestine reste la priorité... et la finalité...."c'est le programme et le projet et non pas l'identité idéologique qui doivent primer, car la priorité est la libération de la Palestine. C'est elle qui doit définir les alliances et c'est vers elle que tous les efforts doivent se concentrer".


Le message de Hassan Nasrallah :
Par Ghaleb Kandil
En apparaissant au milieu de la foule de ses partisans, vendredi 2 août, à l'occasion de la célébration de la Journée al-Qods, le secrétaire général du Hezbollah, sayyed Hassan Nasrallah, a créé l'événement. Aussi bien sa participation personnelle à la cérémonie que le discours qu'il a prononcé constitue des messages montrant la force de l'engagement de la Résistance aux côtés de la cause palestinienne.
L'idée motrice autour de laquelle sayyed Nasrallah a bâti son discours résume à elle seule toutes les guerres qui ont déchiré l'Orient depuis la spoliation de la Palestine, en 1948. Le message essentiel du leader de la Résistance est que tout progrès pour les peuples où les Etats de la région sont liés à la disparition de l'entité sioniste, que l'imam Khomeiny qualifiait de tumeur cancéreuse. L'histoire de la région confirme la pertinence de cette idée, qui a constitué l'axe stratégique et politique autour duquel sayyed Nasrallah a construit son discours.
Tous les conflits qui ont secoué la région depuis 1948, y compris la première guerre du Golfe, au cours de laquelle tous les régimes réactionnaires arabes ont été mobilisés pour détruire la révolution iranienne et son choix indépendantiste hostile au colonialisme sioniste et occidental, ainsi que toutes les guerres civiles et les profondes divisions entre les pays du Mashreq, ont eu lieu pour protéger Israël. Comme l'a affirmé sayyed Nasrallah. Ces aventures guerrières visaient, en premier lieu, à consacrer l'hégémonie israélienne. L'agression contre la Syrie, les projets de démembrement des Etats de la région, comme la guerre civile libanaise, l'exacerbation des tensions communautaires pour provoquer une discorde sectaire, les événements d'Irak après l'invasion américaine... ne dérogent pas à cette règle.
L'attachement de sayyed Nasrallah à cette vérité fondamentale, sous le slogan "Jérusalem nous rassemble", constitue un appel sincère à toutes les forces et partis politiques à unir leurs rangs pour la Palestine. Pour le leader de la Résistance, le seul cadre stratégique capable de sauver la région est la participation de tous, d'une manière décisive et directe, au processus du démantèlement de l'entité sioniste. C'est là le seul moyen de libérer les énergies de la Nation pour assurer son progrès et la sortir de l'ère des divisions et des conflits internes.
L'agencement des priorités dans la pensée politique et idéologique du Hezbollah se fonde sur le fait que le conflit avec l'entité sioniste constitue la contradiction principale, en fonction de laquelle toutes les stratégies et les moyens sont mobilisés. Le choix est celui de la résistance, loin des hérésies appelées "négociations", à travers lesquelles l'Occident colonisateur et les réactionnaires arabes espèrent liquider la cause palestinienne.
Telle est la voie que sayyed Nasrallah propose pour faire face à la fitna sunnite-chiite. Sans la nommer, le leader de la résistance a fait référence au rôle de l'Arabie saoudite et de ceux qui tournent dans son orbite, pour provoquer des conflits interarabes et pour inverser les priorités en transformant l'Iran en ennemi. La finalité de la politique dans laquelle est engagé le royaume wahhabite, dans le cadre du projet colonialiste occidental, est la protection d'Israël. L'agression contre la Syrie constitue l'étape la plus dangereuse de ce plan, car elle pave la voie à la reconnaissance de la judaïté d'Israël, consacre la judaïsation de Jérusalem et de toute la Palestine et enterre, définitivement, le droit au retour des Palestiniens.
Sayyed Nasrallah a lancé un appel à l'unité de tous les peuples de la région, dans toutes leurs composantes religieuses et ethniques, pour la libération de la Palestine, car l'entité sioniste vise tout le monde sans exception. L'alliance entre les sionistes et les takfiristes est un danger existentiel pour tous les peuples d'Orient, chrétiens ou musulmans. Le leader de la Résistance a aussi mis le doigt sur la plaie en appelant les forces et parties nationalistes arabes, laïques, islamistes et de gauche, à s'unir autour de la priorité de la libération de la Palestine, les invitant à rejeter les divisions idéologiques et intellectuelles.
Son message est le suivant : c'est le programme et le projet et non pas l'identité idéologique qui doivent primer, car la priorité est la libération de la Palestine. C'est elle qui doit définir les alliances et c'est vers elle que tous les efforts doivent se concentrer.
Source : TENDANCES DE L’ORIENT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire