vendredi 25 mars 2016

Terrorisme : L’Europe, la cible.



Au nom de la liberté des peuples, les Américains et l’Europe ont semé le chaos et la désolation dans des pays (Afghanistan, Irak, Libye, Syrie) laissant derrière eux des femmes, des enfants, des hommes et des vieillards affamés et réduits à l’émigration.

Peut être faudrait-il s’attarder un peu sur les raisons de ces attentats. Il serait trop simple de se borner à penser que ces fanatiques ont décidé tout à coup de semer la terreur dans cette Europe colonialiste.
 La soif de profits, la volonté de s’approprier les richesses du sol et du sous sol du moyen Orient à conduit l’empire financier à utiliser des stratégies visant à déstabiliser les régimes en place tantôt soutenant tel chef d’Etat et tantôt tel autre. Ces capitalistes Occidentaux n’ont pas hésité à armer et à former des rebelles s’opposant au régime en place Afghanistan, Irak, Libye, Syrie. Au nom de la liberté des peuples, les Américains et l’Europe ont semé le chaos et la désolation dans ces pays laissant derrière eux des femmes, des enfants, des hommes et des vieillards affamés et réduits à l’émigration.
 Les bandes armées et organisées sont devenues incontrôlables, elles se sont regroupées pour jeter hors de leurs pays ces occidentaux prétentieux et envieux de leur pétrole. Face à l’impérialisme américain et européen ils ont utilisé comme stratégie de guerre « le terrorisme ». Si par nature la guerre est condamnable le recours aux kamikazes est abjecte sournois et lâche. Les victimes sont des civils, des gens qui n’ont rien à voir avec les politiciens responsables de cette situation. Pourtant afin de semer la psychose parmi les populations, ces extrémistes, au nom d’une religion manipulée, dont le dogme est interprété, recrutent au sein de jeunes victimes d’une situation économique désastreuse en Europe.
 Oui agir ainsi c’est condamnable tout comme les politiciens devenus hommes de main de l’empire financier, qui ont les mains entachées du sang de ces victimes.
 Il ne suffit pas d’appeler à l’unité, de jouer les va-t-en-guerre pour sécuriser les populations surtout quand la musique ne correspond pas aux paroles. D’un coté on fait la guerre aux extrémistes djihadistes et de l’autre on cire les bottes des dictateurs du Qatar ou d’Arabie Saoudite. Quand Hollande décore un prince saoudien de la légion d’honneur n’y a-t-il pas là une attitude équivoque ?? Quand le Qatar finance le club du Paris St Germain et que dans le même temps il finance les terroristes n’y a-t-il pas là encore une autre équivoque ??
 Décidément pour le fric, l’empire de la finance est capable de tout. Aidé par ses politiciens conservateurs et réformateurs ensemble sont responsables de cette situation. Si nous devons lutter contre la terreur djihadistes, nous devons aussi mener combat contre la dictature de l’empire financier, contre ces patrons manipulateurs et ces banques qui ruinent nos économies.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire