samedi 31 janvier 2015

On commémore Auschwitz, et les réfugiés palestiniens, où en est-on de leur question ?.... Ces Européens ne laissent aucune occasion pour vendre les juifs comme victimes, à protéger jusqu’au jour du jugement.



Ces jours-ci, l’Europe officielle célèbre la soixante-dixième commémoration de la libération du camp nazi d’Auschwitz par les forces soviétiques. Le président français s’est même donné la peine de se déplacer pour aller à Auschwitz, en Pologne. Ces Européens ne laissent aucune occasion pour vendre les juifs comme victimes, à protéger jusqu’au jour du jugement.

Avec Auschwitz et l’holocauste, ils nous bourrent le crâne, jour et nuit ; il ne faut pas arrêter d’en parler. C’est « contre l’oubli ». Il ne faut jamais oublier la persécution des juifs par les Nazis, qui a eu lieu il y a plusieurs décennies, bientôt un siècle. Il faut cependant oublier les persécutions dans lesquelles vivent toujours et sans répit, depuis plusieurs décennies, les réfugiés palestiniens, éparpillés partout dans le monde. Quel monde ? C’est vraiment le monde à l’envers. Quelle hypocrisie, cette démocratie qu’ils veulent nous vendre, ces occidentaux !

Nous aussi, nous condamnons les crimes commis contre les juifs et contre tout le monde. Le problème, c’est que les crimes nazis continuent, cette fois contre les Palestiniens chassés depuis des décennies par les mêmes prétendues victimes du nazisme, de leur patrie, de leurs villes et villages. Et pour les chasser, les sionistes n’ont rien épargné. A titre exemple seulement, durant la Nakba (la catastrophe de 1948), les bandits sionistes ont systématiquement rasé plus de cinq cents villages palestiniens, sans parler de ces dizaines de massacres commis avant et après cette date.

Depuis des décennies, ces réfugiés palestiniens survivent dans des conditions difficiles, épouvantables, inhumaines, en attendant le jour où ils pourront retourner à leur terre, à leurs villes, villages et localités.

Mais l’entité sioniste, épaulée par la communauté internationale qui l’avait créée, voudrait mettre une forte barrière empêchant ce retour, par tous les moyens. Elle a mis sur la table l’idée de « l’Etat juif », contre une promesse de reprise des négociations « de paix » jusqu’à une solution finale. Et elle fait une campagne de marketing, sur la scène internationale, pour soustraire la reconnaissance de l’entité sioniste comme un Etat purement juif, de tout le monde et surtout des Palestiniens eux-mêmes, toujours dans le but d'empêcher aux réfugiés de retourner chez eux. Un but essentiel et stratégique du mouvement sioniste.

Beaucoup trop de suggestions ont été proposées pour trouver une solution juste à la question des réfugiés palestiniens. Bien qu’elles ne proposent aucune solution répondant positivement aux attentes de ces réfugiés, elles sont restées lettres mortes, face à l’entêtement de l’entité sioniste qui ne veut entendre aucune idée permettant leur retour. Et depuis un certain temps, la question des réfugiés palestiniens est brouillée par ce qui se passe dans la région et par ces négociations inutiles appelées injustement « processus de paix ».

Les réfugiés palestiniens et tous ceux qui défendent leurs droits fondamentaux, dont le droit au retour, ne devront pas baisser les bras. Cette question devra rester vivante. Ils devront continuer et intensifier leurs actions populaires diverses, parler au monde entier, garder cette question vivante jusqu’à ce qu’elle trouve la solution juste, constituer des groupes de pressions arabes et internationaux.

Finalement, les hommes libres, les musulmans et les Arabes sont appelés à aider les Palestiniens, par tous les moyens, afin qu’ils puissent résister aux pressions de la judaïsation pratiquées par les occupants sionistes, en particulier dans la ville occupée d’Al-Quods et les territoires occupés en 1948. Ces Palestiniens sont tous seuls, à main nue, contre cette machine de guerre la plus géante de la région.

Département français du Centre Palestinien d’Information (CPI)
29 janvier 2015

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire