vendredi 22 novembre 2013

Les prisonniers de Gdeim Izik insistent sur la nécessité de la mise en place d’un mécanisme onusien des droits de l'Homme au Sahara occidental

Salé (Maroc), 21 novembre 2013 (SPS)
Les prisonniers politiques sahraouis groupe de Gdeim Izik ont confirmé la nécessité de mettre en place d'un mécanisme de suivi et de surveillance des droits de l'Homme au Sahara occidental, dans une lettre adressée mercredi au président américain, Barack Obama.
"La situation dans les territoires occupés se détériorer davantage en raison de violations flagrantes des droits des citoyens sahraouis par l’occupant marocain, ce qui confirme la nécessité urgente d'accélérer la création d'un mécanisme de surveillance des droits de l'homme au sein de la Mission des Nations Unies pour l'organisation d'un référendum (MINURSO)" a indiqué la lettre dont une copie est parvenue à la SPS.
La lettre a appelé à la libération immédiate de tous les prisonniers politiques et les prisonniers de guerre sahraouis qui croupissent encore dans les prisons marocaines, à faire la lumière sur le sort des disparus sahraouis ,mettre fin au pillage des richesses naturelles sahraouies par le Maroc et détruire le mur de la honte qui sépare les familles sahraouis.
Les détenus de Gdeim Izik ont salué les efforts déployés par les États-Unis d'Amérique, gouvernement, peuple, organisations et société civile partout dans le monde pour soutenir le droit du peuple sahraoui à l'autodétermination et le respect de la légitimité internationale.
Ils ont également salué la décision courageuse et historique de la représentante permanente des États-Unis au Conseil de sécurité de l'ONU, Mme Susan Rice demandant l’inclusion d'un mécanisme de surveillance et de protection des droits de l'homme au Sahara occidental.(SPS)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire