mardi 26 novembre 2013

Iran : Hollande et Fabius obligés de manger leur chapeau. C’est bon ?...... aujourd’hui Fabius et Hollande, ceux-là mêmes qui se vantaient la semaine dernière à Jérusalem d’avoir torpillé les premiers pourparlers de Genève, célébrer la signature de l’accord …. a quelque chose de comique.


« Allez, fais pas la gueule »,
semble dire le ministre iranien à ce lamentable Fabius.
Tout fiers de servir de serpillères à Israël la quinzaine dernière, le couple Hollande-Fabius a dû avaler une couleuvre de plus, dimanche, en constatant l’échec de ses manœuvres pour faire capoter le compromis américano-iranien sur le nucléaire.
Au grand dam d’Israël, qui réclame depuis des années à Washington la permission d’agresser l’Iran –éventuellement même avec des bombes atomiques-, les pourparlers de Genève entre l’Iran et les « 5+1 » + UE (Etats-Unis, Chine, France, Russie, Royaume-Uni et Allemagne, plus la représentante de l’Union européenne Catherine Ashton) ont en effet abouti samedi, et un accord a été signé.
Aux termes (tels que rendus publics par les Etats-Unis) de cet accord d’une durée initiale de six mois, l’Iran conserve le droit de procéder à l’enrichissement d’uranium, à des taux compatibles avec le développement du nucléaire civil et non militaire, rouvre la porte de plusieurs de ses centres aux inspecteurs de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (AIEA), et gèle la construction d’un centre de production de plutonium (autre substance radioactive, obtenue à partir de l’uranium, et pouvant avoir un usage aussi bien civil que militaire).
En contrepartie, l’Iran, soumis à un embargo américain depuis la révolution de 1979 et international depuis une dizaine d’années, obtient un desserrement partiel des sanctions économiques qui l’étranglent, et pourra remettre la main sur 7 des 100 milliards de dollars de ses avoirs qui lui sont actuellement confisqués par les puissances occidentales.
Rappelons que l’Iran, signataire du Traité de Non Prolifération Nucléaire (TNP), a toujours démenti vouloir se doter de la bombe –arme que possèdent, outre Israël, les principaux pays qui menacent Téhéran, tels la France et les Etats-Unis-, mais revendique de pouvoir, comme de nombreux autres, développer une industrie nucléaire.
Et qui dit industrie nucléaire dit aussi enrichissement de l’uranium, car on ne fait plus tourner une centrale nucléaire avec de l’uranium naturel.
La France est particulièrement bien placée pour le savoir : c’est en effet avec de l’argent prêté par l’Iran (eh oui !) qu’elle avait créé dans les années 1970 sa grande usine d’enrichissement de l’uranium (appelée aujourd’hui usine Georges Besse, au Tricastin, dans la vallée du Rhône), et aujourd’hui encore, l’Iran reste actionnaire à 40 % de la société franco-iranienne Sofidif, dont l’objet est précisément … l’enrichissement de l’uranium.
Seulement, avant de se vautrer dans les bras de Netanyahu comme ils l’ont fait la quinzaine dernière, les dirigeants français ont perpétré une longue série de mauvais coups contre l’Iran.
Laurent Fabius y a eu sa part. L’actuel ministre des Affaires étrangères est en effet déjà en responsabilités, en 1981 (ministre du Budget puis de l’Industrie dans les premiers gouvernements de François Mitterrand, il en deviendra Premier Ministre de 1984 à 1986), lorsque la France refuse de rembourser son argent à l’Iran, refuse ensuite de lui fournir de l’uranium enrichi, et, pire que tout, arme à outrance l’Irak de Saddam Hussein dans sa guerre d’agression contre l’Iran (l’armée de l’air française allant puiser dans ses propres stocks pour servir son homologue irakienne, lui fournissant ses missiles les plus perfectionnés pour détruire les puits de pétrole iraniens).
Alors voir aujourd’hui Fabius et Hollande, ceux-là mêmes qui se vantaient la semaine dernière à Jérusalem d’avoir torpillé les premiers pourparlers de Genève, célébrer la signature de l’accord (pour un peu, ils diraient que c’est grâce à eux) a quelque chose de comique.
CAPJPO-EuroPalestine


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire