mercredi 21 août 2013

Qui paiera plus pour l'amitié avec l'Egypte? « Ceux qui annoncent une révision en baisse de l’aide à l’Égypte et menacent de le faire, devraient savoir que les pays arabes et musumans sont assez riches et viendront forcément en aide à l’Égypte » a déclaré le chef de la diplomatie du royaume, le prince Saoud al-Feysal.

L’Égypte n'a pas à craindre de sanctions de la part de l’Occident sous forme de suspension d’aide financière et économique, qu'elle soit européenne ou américaine.
L’Arabie Saoudite et les autres monarchies pétrolières du Golfe Persique promettent de couvrir tous les frais. Washington a annoncé une « révision » de ses programmes d’aide à l’Égypte en rapport avec les récents événements dramatiques dans ce pays et le 21 août, l’UE convoque d’urgence une réunion de ses ministres des Affaires étrangères.
L’agence d’information officielle d’Arabie Saoudite SPA a diffusé le soir du 19 août une déclaration spciale du chef de la diplomatie du royaume, le prince Saoud al-Feysal. Ce document annonce notamment ceci : « Ceux qui annoncent une révision en baisse de l’aide à l’Égypte et menacent de le faire, devraient savoir que les pays arabes et musumans sont assez riches et viendront forcément en aide à l’Égypte ». La déclaration faite par Er-Riad a coïncidé avec la réunion urgente des 28 ministres des AE de l’UE fixée au 21 août, qui devra décider de l’attitude de Bruxelles envers le nouveau pouvoir égyptien et de la poursuite de l’assistance économique et militaire au Caire.
L’Arabie Saoudite, le Koweit, les EAU et d’autres pays ont déjà débloqué environ 14 milliards de dollars à titre d’aide à l’Égypte tant et si bien que la crise actuelle lui permettra de se faire de nouveaux amis et sponsors mais cette fois dans son voisinage immédiat, et non pas loin de ses frontières, en Occident. Certains analystes arabes vont même jusqu’à dire que « la nouvell Égypte travaillera à renforcer les relations avec la Chine et la Russie ».
« L’amitié » avec l’Arabie Saoudite est parfaitement prévisible et Er-Riad se tient prêt à devenir le sponsor de l’Égypte, estime l’analyste du Haut collège d’économie Konstantin Trouevtsev. Quant au renforcement des relations avec la Chine et la Russie, il fait attendre que la situation au « pays des pyramides » se stabilise pour parler de réorientation totale de sa politique extérieure. D’autre part, le ressentiment que l’armée égyptienne éprouve à l’égard de l’Occident est parfaitement compréhensible, ajoute Trouevtsev :
« Les militaires égyptiens étaient pendant 30 dernières années entièrement alignés sur l’Occident et le fait que l’Occident condamne mantenant vigoureusement leur politique ne pouvait ne pas provoquer leur réaction négative. »
Certains experts russes sont sûrs que c’est l’argent qui décidera finalement de l’orientation politique de l’Égypte. En fait, son économie est si minée qu’elle s’effondera tout simplement sans l’aide extérieure. Le nouveau pouvoir doit s’affirmer et tenir jusqu’aux élections de l’année prochaine. L’Arabie Saoudite va vraisemblablement lui attriber des crédits supplémentaire mais il serait trop naïf de croire qu’Er-Riad continuera à entretenir 80 millions d’Égyptiens, a dit à La Voix de la Russie l’expert de l’Institut d’analyse et d’évaluations stratégiques Sergueï Demidenko :
« Les militaires et les nouvelles autorités égyptiennes entretiendront les relations avec tous les bailleurs de fonds. L’Artabie Soudaite et les pays du Golfe Persqiue ont misé sur le nouveau pouvoir égyptien. Peut-on espérer dans ce contexte une amélioration des relations entre la Russie et l’Égypte? C’est posible mais on ne devrait pas s’attendre à une percée dans ce domaine. C’est que ni la Russie, ni l’Arabie Saoudite ne peuvent se permettre d’entretenir l’Égypte, ce dont elle a le plus bsoin maintenant. »
Entre-temps, l’armée a arrêté dans la nuit du 19 au 20 août le chef spirituel des Frères musulma Mohamed Badia âgé de 70 ans. Les autorités ont également prorogé de 15 jours la garde à vue du président islamiste déchu Mohamed Morsi qui se trouve sous mandat de dépôt depuis le 3 août. L’interdiction des Frères musulmans sera vraisemblablement fixée par la nouvelle Constitution, estime le journal égyptin influent d’Al-Akhram. Il y aurait une clause interdisant la création des partis politiques sur des fondements religieux.
Source : Cameroonvoice

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire