samedi 10 août 2013

Les manipulations de l’Arabie saoudite au Liban et en Egypte

Les monarchies pétrolières arabes, à leur tête l'Arabie Saoudite, ont lancé une offensive globale et directe contre les révolutions et les manifestations des peuples dans le but de les confiner et d’apprivoiser leurs ambitions pour un changement radical.
C’est notamment le cas du Liban, où l’ennemi est l'Iran et ses alliés, surtout le Hezbollah libanais et son autre allié, l'Etat syrien que l’Arabie saoudite et ses alliés peinent à renverser !
 Le Liban se trouve en première ligne de front, où le Hezbollah est particulièrement visé, surtout après sa victoire de Qusseir qui a renforcé son alliance avec le pouvoir syrien.
Au Liban, l’Arabie saoudite a recours à une stratégie rhétorique et parle de confessionnalisme et « d’invasion iranienne », qu’elle estime bien plus dangereuse que l’occupation israélienne ! Elle torpille la formation d'un nouveau gouvernement libanais et resserre l'étau autour du Hezbollah afin de le contraindre à se retirer, de son plein gré, du gouvernement.
En somme, l’Arabie saoudite agit sur deux fronts. D’une part, elle soutient financièrement et militairement les opposants syriens et d’autre part, elle mobilise toutes les forces opposées ou hostiles à l'armement du Hezbollah et les incite à refuser tout dialogue avec le parti de la Résistance, sous prétexte de son implication en Syrie !
En Egypte, l'Arabie Saoudite et les Emirats arabes unis ont fourni des milliards de dollars au nouveau gouvernement égyptien, depuis que l’armée a pris position en faveur des manifestations qui réclamaient la chute des Frères musulmans, le 30 juin 2013. L’Arabie saoudite cherche, en réalité, à confiner toute nouvelle tentative de révolution en Egypte, avec l’appui de l’administration américaine et de l’Union Européenne…
C’est une guerre ouverte, dont l’une de ses scènes se trouve au Liban, mais c’est aussi une guerre au temps ouvert, car incontestablement, se trompe celui qui croit deviner son dénouement.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire