jeudi 15 septembre 2011

La révolte des opprimés - (Poème)

La révolte des opprimés


Larmes en torrents brisent les barrières
Ni Tyran ni Roi n'osent s'y mêler
Un volcan de haine est éjaculé
Sur l'âpre oppression des lois éphèmères

Un Empire entier s'occulte et s'efface
A l'abus d'un trône un peuple a fait face.
Sur l'abus du glaive un sang a tranché
Seul un brave sang fait l'épée flancher

Un nouveau soleil se lève et scintille
Sur la terre en bas des corps s'éparpillent.
Un tapis de sang sur la vallée glisse
Un gouffre d'enfer dessine un abysse

Ils avaient la nuit combattus en braves.
"Le maitre d'hier est ce jour l'esclave!"
Cria un guerrier au son du tambour,
"Toute nuit prend fin ceci est le jour!

O Tyrans d'hier, faibles aujourd'huis,
Qu'avez-vous à fuir un peuple sans armes?
Est-ce notre odeur ou bien ce vacarme
Qui vous font si peur? Êtes-vous surpris

De notre misère et nos maigres membres?
C'est vrai que chez vous le plus maigre membre
Est déjà obèse et mange de trop!
Où sont vos chevaux familiers aux trots

Des grands champs d'honneur? Où sont vos guerriers?
Où sont les canons,les avions, les chars?
Où sont les armées des pays alliés
Dont vous nous faisiez craindre la bagarre?

Où sont vos soldats qui les premiers jours
Tuèrent du peuple un millier d'enfants,
Femmes et vieillards? Sont-ils triomphants?
Quelle fourberie qu'est votre bravoure!!

C'est donc pour cela qu'était cette armée?
Je comprends enfin vos actes de traîtres!
L'ennemi,par vous, s'est dressé en maître
Et pour nous tuer vous a donc armé!

O fourbes que vois ce jour se cacher
D'autres vous suivront et presqu'à la trace!
Vous n'êtes en rien au peuple menace,
Mais sa peur de vous!Vous pouvez tricher

Mais tant qu'en tout peuple un sang de martyre
Se mélange au sang des générations
Vos lois éphémères et vos trahisons
Seront effacés ainsi que vos sbires!"

Le peuple chantant refit un pays
Un jour reviendra où d'autres héros
Après qu'un Tyran eut mit des barreaux
Reviendront écrire un nouveau pays.

Ainsi dans l'histoire il y en a qui vivent
Avant de mourir.D'autres restent morts.
Les seconds ont peur, les premiers poursuivent
Un noble dessein sans peurs ni remords.

Ali EL HAGE

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire