mercredi 25 mai 2016

Lettre de Ken Loach à Tali Shalom Ezer : Levez-vous, s’il vous plait, du côté des oppressés contre les oppresseurs.



Ken Loach est un réalisateur britannique dont les œuvres sont axées sur la misère en Grande-Bretagne. Durs et poignants, ses films résonnent dans l’esprit du spectateur pour finalement poser les bonnes questions : qu’est ce qui est bon ? Qu’est ce qui est mal ?
Une nouvelle fois cette année, le réalisateur est nominé au festival de Cannes pour son film I, Daniel Blake. Derrière la caméra comme dans la vie l’homme est engagé et ne se prive pas de se prononcer sur ce qu’il croit être juste ou non, comme au travers de cette missive qu’il destine à Tali Shalom Ezer.

Cher Tali Shalom Ezer,

Depuis le début, Israël et ses partisans ont accusé leurs délateurs d’être antisémites ou racistes. C’est une tactique pour miner le débat rationnel.
Pour être aussi clair que de l’eau de roche : en tant que réalisateur, vous avez reçu un accueil chaleureux à Edimbourg. Vous n’êtes ni censuré, ni rejeté. L’opposition concernait plutôt à la réception d’argent provenant de l’Etat d’Israël par le Festival.
L’appel en faveur d’un boycott des Institutions culturelles israéliennes est venu de nombreux Palestiniens : écrivains, artistes, journalistes, hommes de loi, académiciens, syndicalistes, enseignants. Ils le considèrent comme « une contribution à la lutte pour la fin de l’occupation d’Israël, sa colonisation et son système d’apartheid. » Qui sommes-nous, pour ne pas tenir compte de leur appel ? Vos arguments de comptoir étaient déjà utilisés contre le boycott sud-africain, qui finit finalement par sortir victorieux.
Nous nous souvenons que les Palestiniens ont été dépossédés soixante ans durant, que leurs maisons ont été détruites et leurs communautés anéanties. Les Israéliens ignorent la loi internationale, la convention de Genève et la plupart des décisions des Nations Unies.
Nous avons vu avec horreur les récents massacres à Gaza, comment l’armée israélienne use de bombe au phosphore dans les zones habitées, comment les asiles et entrepôts des Nations Unis étaient détruits. La Croix Rouge a décrit des frappes sur les équipes médicales et le refus d’aide aux blessés. Une journaliste israélienne, Amira Hass, a rapporté la mort de personnes arborant des drapeaux blancs et l’annihilation de familles entières.
Face à de tels crimes, le poète israélien Aharon Shabtai écrit : « Je ne crois pas qu’un état qui maintient une occupation perpétrant un lot quotidien de crimes contre les civils mérite d’être invité à quelque événement culturel que ce soit. »
Ceux qui ont attaqué le boycott sont ici les suspects habituels, les vieux politicards de l’extrême droite. Chacun pensait que vous étiez un homme. […]
Levez-vous, s’il vous plait, du côté des oppressés contre les oppresseurs. J’espère que vous appréciez le Festival.
Ken Loach

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire