samedi 26 mars 2016

Belgique : Le Belgistan et le prix des politiques idiotes. Bruxelles et plusieurs autres villes belges ont servi de centre de refuge à tous les volontaires qui voulaient combattre le pouvoir syrien.




Lorsque vous sortez de la gare de train de la capitale Bruxelles, pour un moment vous vous croiriez à Kandahar, ou dans une ville contrôlée par «Daech». Des quartiers entiers ont pris le teint du wahhabisme que ca soit de la manière dont les habitants s’habillent ou la présence remarquable du voile à la manière de la Burqa Afghan comme ils l’appellent en Europe. S’ajoute à cela les écoles wahhabites visiblement répandues. Ce qui est encore plus surprenant c’est que certains cheikhs du wahhabisme pratiquent leurs prières et leur Da’wa dans les lieux publics et dans le marché sous les yeux de la police, avec le consentement des autorités belges.
Il est bien connu que les prédicateurs salafistes dans les rues belges sont plus nombreux que les membres des Témoins de Jéhovah. Les wahhabites ont également des capacités financières plus importantes que ces derniers. L’Arabie saoudite, le Qatar et certaines associations soutenues par le pouvoir des émirats arabes unis financent les wahhabites. Ce qui laisse penser que la situation en Belgique est le résultat d’un plan pré-dessiné et d’une politique bien précise, loin des termes de la tolérance et de la liberté d'expression.
Les partisans des courants takfiris wahhabites en Europe se vantent de leur influence remarquable en Belgique, unique en son genre en Europe. Plusieurs centres wahhabites se situent à quelques centaines de mètres du centre de l’OTAN à Bruxelles. Plusieurs cafés aux propriétaires wahhabites ont même été ouverts à proximité du centre. Avant d’entrer au centre de l’Union Européenne vous pouvez vous arrêter dans un café et être servis par un homme portant une robe courte et des chaussures Adidas ! Des wahhabites Afghans ont récemment ouvert des boulangeries dans les environs du centre.
Plus encore les États-Unis ont joué un rôle important, et fondamental, en faveur de la présence d'adeptes wahhabites takfiris en Europe en général et en Belgique en particulier depuis les années quatre-vingt lors de la guerre contre l'Afghanistan.
La Ville de Bruxelles attirait beaucoup de volontaires pour la guerre contre l'ex-Union soviétique, les associations wahhabites lançaient des discours anti-communiste et anti-orthodoxes.
Les «missionnaires» wahhabites français et flamands circulaient librement en Belgique, ils venaient droit d’Afghanistan pour amasser des fonds et inciter les jeunes à aller en Afghanistan.
Après l’occupation de l’Afghanistan et de l’Irak la relation entre les autorités belges et les wahhabites s’est dégradée mais avec le déclenchement de la guerre contre la Syrie, l’alliance entre ces deux partis s’est rétablie.
Bruxelles et plusieurs autres villes belges ont servi de centre de refuge à tous les volontaires qui voulaient combattre le pouvoir syrien. Des vols directs se faisaient de Bruxelles vers un aéroport militaire turc près d’Istanbul où les volontaires étaient emmenés dans un centre de formation militaire à Gazi-Entab pour deux semaines puis envoyés en Syrie sous la tutelle des services de renseignements turcs. Le «front al-Nosra» était le choix favori des volontaires, mais après l’apparition de «Daech» tous les terroristes provenant d’Europe ont rejoint ce groupe pour combattre en Irak et en Syrie.
Selon des informations exclusives au site Al-ahed, la présence de l’organisation takfiri «Daech» en Europe est divergente non organisée, mais en contact avec les dirigeants de «Daech» en Irak. La plupart des organisations et des associations wahhabites avaient prêté serment d’allégeance à l’organisation «Daech» de manière implicite.
Les partisans du wahhabisme se rassemblaient dans des cafés appelant à la déclaration ouverte et publique de leur allégeance à «Abou Baker Al-Baghdadi» et son organisation. Tout cela se faisait sans aucune réaction de la part des autorités belges, qui considèrent ces groupes comme des alliés potentiels dans la guerre contre la Syrie et l’Irak.
En Belgique et en France, les organisations de la mafia de l’argent, de la drogue et des armes se sont croisées avec les organisations wahhabites. Ces derniers comptaient sur la mafia pour assurer les armes, les fonds nécessaires et la drogue en coordination avec la mafia turque présente en Europe. Les mafiosos ont permis le retour de nombreux terroristes ayant combattu en Syrie et en Irak vers l’Europe. Ces combattants aux expériences militaires importantes et aux idées wahhabites takfiris ont trouvé que l’Europe était un foyer opérationnel idéal, de la France jusqu’en Belgique.
En raison de leur nombre considérable dans les pays européens ils peuvent circuler facilement et déplacer leurs opérations suicides dans toute l’Europe. Delà une question majeure se pose quelle capitale européenne sera ciblée la fois prochaine?
Nidal Hamadeh
Source : Al-Ahednews

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire