vendredi 20 novembre 2015

L'État islamique (EIIL) veut absolument que la France continue à le bombarder. Qu'y a-t-il d'étonnant à cela ?



Au-delà de l'évidente compassion pour les victimes et leurs familles qui nous affecte tous et toutes, une première analyse des événements de vendredi dernier se heurte à la difficulté de voir, pour la première fois en France, des terroristes kamikazes se faire exploser après avoir semé le chaos et la mort pendant plusieurs heures. La grille de lecture issue des attentats majeurs en Occident, 11-Septembre, Londres 2005, etc… jusqu'à ceux de Charlie Hebdo ne fournit pas toutes les clefs nécessaires pour déchiffrer ces événements. Malgré tout, l'écrivain italien Roberto Quaglia (auteur d'un livre majeur sur le 11-Septembre jamais traduit en français faute d'éditeur intéressé…) a trouvé des points communs avec d'autres attentats récents et certains indices troublants, à commencer par le caractère parfaitement absurde de la stratégie apparemment adoptée par l'EIIL. Voici son analyse pour le moins amère et faite sur le ton de l'ironie.

L'État islamique (EIIL) ne pouvait pas se contenter d'être bombardé par la Russie (bombes réelles) et par les États-Unis (bombes mystérieuses qui en une année n'ont pas vraiment fait de dégâts ; certains témoins disent même qu'elles ressemblaient plus à du ravitaillement). L'EIIL veut maintenant que la France s'implique [davantage] dans les bombardements, et si possible, envoie des troupes terrestres pour mieux le combattre. Qu'y a-t-il d'étonnant à cela ? L'EIIL a déjà annoncé de nouveaux attentats à Rome, Londres et Washington.
Je comprendrais presque pour Washington, qui en théorie est en train de la bombarder depuis un an (comme déjà dit, au moyen de bombes pour le moins mystérieuses), mais Londres et surtout Rome, que viennent-elles faire dans tout cela ? L'EIIL veut manifestement se faire bombarder aussi par l'Angleterre et l'Italie, et même si possible par l'Europe toute entière. Ça, c'est de la stratégie ! Qui ne voudrait pas se faire bombarder par le plus de pays possible, surtout pour qui croule déjà sous les bombes russes ?
Pour éviter toute équivoque, les auteurs de la tragédie de Paris portaient sur eux les habituels passeports que les terroristes portent toujours sur eux dans pareil cas. Le mot « toujours » est souligné. En effet, les terroristes de Charlie Hebdo avaient oublié les leurs dans la voiture.Ceux du 11-Septembre avaient sur eux les passeports les plus miraculés du monde puisqu'ils ont été en mesure de « survivre » à l'effroyable explosion et à la boule de feu qu'on nous a tellement montrée à la télévision, et à l'effondrement de 2 tours de 500m.
Sans doute par peur que leurs passeports ne soient pas retrouvés [ces terroristes] avaient laissé dans leur véhicule également un  manuel et une cassette montrant comment piloter un Boeing. À propos de Charlie Hebdo, qui sait si le journal dans les prochains jours se moquera des victimes françaises de la tragédie parisienne de l'EIIL comme il l'a fait avec les 224 victimes russes de la tragédie du vol d'Egyptair [attentat revendiqué par l'EIIL] voilà quelques semaines. Les paris sont ouverts. Et on verra bien si le « droit de satyre » fait l'objet d'un deux poids deux mesures en Occident.
L'ambition de l'EIIL de se faire attaquer et massacrer ne peut plus être mise en doute. Est-ce que déjà en son temps, 14 ans en arrière, Oussama Ben Laden ne voulait pas voir l'Afghanistan bombardé et l'Irak envahi, quand il a fait ce qu'il a fait ? Après tout, c'est précisément ce qu'il a obtenu.
Les habituelles mauvaises langues soutiendront que l'EIIL a été créé par les États-Unis ; bien dommage d'ailleurs qu'on trouve parmi eux le général français Vincent Desportes , mais que voulez-vous qu'il en sache, quelqu'un comme lui ? Nous en savons bien plus, nous qui lisons La Repubblica et regardons notre journal télévisé quotidien.
Nous ne devrions même pas prêter attention à ces documents américains officiels déclassifiés dans lesquels est proposée la création de l'EIIL bien avant que celui-ci n'apparaisse. Mais n'est-ce pas là un procès d'intention ? Et toutes ces photos montrant le sénateur américain John McCain avec le chef de l'EIIL, Al-Baghadi ne doivent pas nous tromper : qui peut affirmer ne jamais s'être trouvé en compagnie de personnages odieux qui passaient là par hasard ? Cela pourrait arriver à n'importe lequel d'entre nous(**).
Et pourtant, le fait que quelques jours avant les attaques, le chef de la CIA ait rencontré le chef des Services secrets français ne doit pas déclencher de mauvaises pensées chez nous. Il est probable que ces gens sont amenés à aller boire une bière ensemble bien plus souvent qu'on ne pense – quel mal y a-t-il à cela ?
Et donc, que les choses soient claires, l'EIIL a perpétré ces attentats à Paris pour la simple et bonne raison qu'il est composé de débiles mentaux – des débiles mentaux très chanceux ! Essayez donc, vous, de vous procurer des armes automatiques et des munitions de contrebande sans vous faire attraper ! Mais on le sait bien, la chance sourit aux débutants, au moins jusqu'au moment où ils sont opportunément abattus.
Comme cela se produit souvent, les informations sur la tragédie sont apparues en un temps record sur Wikipedia. En effet, il semble que certains faits (la déclaration de Hollande, par exemple) aient été rapportés avant même qu'ils ne se produisent: 
Avertissement : le lien original a disparu en moins de 24h ! Mais on le retrouve sur les sites d'archives comme archive.org], Mais nous avons désormais pris l'habitude de ces petits miracles (les plus malicieux d'entre vous se rappelleront l'annonce par la BBC le 11 septembre 2001 de l'effondrement du bâtiment 7 du WTC avec 20 minutes d'avance).
Et nous sommes aussi habitués à la coïncidence qui veut qu'à chaque attaque terroriste corresponde un entrainement antiterroriste, qui sait pourquoi, toujours plus ou moins au même moment et au même endroit. Cela s'était produit à New York le 11 septembre 2001, à Londres le 7 juillet 2005 et quelque chose de comparable s'est produit cette fois aussi à Paris. Dans la journée, une « alerte à la bombe » est survenue à la Gare de Lyon provoquant son évacuation. Et une autre « alerte à la bombe » le même jour a fait évacuer l'hôtel où se trouvait l'équipe allemande de football avant leur match contre l'équipe de France le soir même. Vous pensez que ce n'est pas assez ? Ah, j'oubliais : le même jour, il y avait un exercice d'entrainement complet mettant en scène un scénario de multiples attentats qui impliquait la police, les pompiers, les équipes médicalisées, etc.
Exactement comme dans tous les cas les plus éclatants de terrorisme qui nous ont frappés ces dernières années. L'important, dans ces cas-là, c'est de respecter la tradition, et de ne rien oublier. Vive les coïncidences ! Qui a dit qu'à chaque fois ne peuvent pas se produire exactement les mêmes coïncidences ? Allons, un peu de sérieux !
Enfin, étant donné que nous ne sommes pas obnubilés par la numérologie comme Christine Lagarde, chef du FMI,le fait que tout cela soit survenu un vendredi 13 du 11e mois de l'année, dans le 11e arrondissement de Paris, ne nous trouble pas plus que cela. Il y en a qui sont obsédés par les chiffres, d'autres pas. À propos, certains auront noté que la plupart des victimes à Paris étaient venues assister à un concert de Heavy Metal donné par le groupe Eagles of Death Metal(***). Il y a deux semaines, à Bucarest (aussi connue comme la « petite Paris »), dans une tragédie moindre que celle de vendredi dernier, 50 jeunes ont trouvé la mort lors d'un incendie pendant un concert de Heavy Metal, un événement qui a rapidement amené à la chute du gouvernement roumain, et à l'instauration d'un gouvernement « technique » bien plus « eurocrate » qu'auparavant. Fréquenter les concerts de Heavy Metal commence visiblement à devenir dangereux.
Cela dit, bonne Troisième Guerre Mondiale à tous.
Roberto Quaglia
Source : Megachip et Roberto.info
Traduction : Christophe pour ilFattoQuotidiano.fr
https://twitter.com/robertoquaglia / www.robertoquaglia.com

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire