vendredi 17 avril 2015

17 avril - Journée du Prisonnier Palestinien - Honte au monde dit libre qui ne bouge pas pour arrêter leur souffrance.



A l’occasion de la journée du prisonnier palestinien, célébrée le 17 avril de chaque année, le peuple palestinien rend un grand hommage à tous les prisonniers palestiniens en souffrance permanente derrière les barreaux israéliens.
Par milliers, les Palestiniens, résistants, activistes, députés, hommes politiques ou simples civils, croupissent dans les prisons israéliennes, en toute illégalité au regard du droit international.
Nos prisonniers avec leur résistance remarquable continuent de donner une leçon de courage et de détermination, pas seulement aux forces de l’occupation israélienne, mais au monde entier. Ils sont un exemple de patience et de persévérance.
L’arrestation, la détention et le jugement de nos 5000 prisonniers retenus dans 13 prisons israéliennes sont illégitimes, car ils sont les prisonniers de la liberté.
Parmi ces prisonniers, des dizaines souffrent de maladies graves, leur vie est en danger, à cause de la négligence médicale des autorités israéliennes qui veulent faire pression sur eux pour qu'ils cessent leur combat.
Parmi ces prisonniers, des dizaines sont enfermés dans les prisons israéliennes depuis des décennies. Leur seul crime a été d’avoir résisté face à l’occupation illégale.
Parmi ces prisonniers, plus de 300 enfants et 30 femmes, et plus de 1000 personnes sous détention administrative illégale sans jugement ni procès.
Le combat de nos prisonniers pour la liberté est suivi en Cisjordanie et dans la bande de Gaza par des milliers de Palestiniens qui organisent partout des manifestations de soutien à ces prisonniers dans leur résistance quotidienne.
Malgré quelques initiatives prises dans certains pays par des associations de la société civile, en solidarité avec les prisonniers palestiniens, via des manifestations et des rassemblements, on peut observer le profond silence des médias, des intellectuels, des partis politiques, des organisations des droits de l’homme, et celui des gouvernements d'un monde qui se dit libre et démocrate, mais qui n’arrive pas à bouger et à réagir devant une telle injustice.
Malgré la cruauté de l’occupant et le silence du « monde libre », le combat de nos prisonniers continue jusqu’à la liberté, et pour la justice.
Honte à l’occupation et à toutes ses mesures dirigées contre eux.
Honte au monde dit libre qui ne bouge pas pour arrêter leur souffrance.
Ce monde regarde mourir lentement nos prisonniers qui ne cessent de souffrir.
Souffriront-ils encore longtemps ?
Où sont donc les organisations des droits de l’homme ?
Où est donc le monde libre ?
Ne voit-il pas ? N'entend-il pas ?
Quand y aura-t-il une réelle pression sur les autorités israéliennes d’occupation ?
Le cri des ventres vides de nos prisonniers sera-t-il  entendu ?
Un dernier mot : l’histoire ne pardonnera jamais ce silence, cette négligence et cette position du monde entier.
Vive le combat légitime  de  nos prisonniers pour la liberté et pour la vie.
En attendant, derrière les prisonniers palestiniens, tout notre peuple poursuivra le combat, jusqu’à la conquête de ses droits légitimes et jusqu’à la sortie du dernier détenu des prisons et des cachots israéliens.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire