lundi 23 mars 2015

L’APPEL D’UN AFRICAIN : Lève-toi Mère Afrique, ils ne sont pas venus ici pour t’aider ! Tes bienfaiteurs sont des prédateurs et des bourreaux, ces sont les pirates d’outre-mer.



Libère-toi des chaînes du colonialisme et arrête de mendier leurs aides. Les riches comme toi ne devraient absolument pas mendier.

Eux aussi sont venus pour te soigner, ils disent que tu es atteinte d’une maladie contagieuse, que tu manques de vitamine, celle des droits de l’homme. En bref, Mère Afrique, ils disent que tu es devenue inhumaine. Et, non seulement tu es dans le monde le continent le plus affecté par la sous-alimentation, où la faim tue plus que toute autre maladie, mais en plus,le cancer du terrorisme est en train de te dévorer. Et, malheureusement, ils disent que les métastases du mal sont en train de se répandre partout rapidement. Les médecins affirment que tes problèmes ne sont pas faciles à résoudre au pied levé, qu’ils auront encore besoin de temps et surtout qu’on a besoin d’autres « volontaires ». Concrètement, Mère Afrique, ils seront à jamais tes invités et ils se multiplieront. Et ceux qui ont déjà fêté les quarante ans de leur présence veulent au moins les doubler. Tu ne dois pas douter, Mère Afrique, ils ne te laisseront jamais toute seule. Ils tiennent beaucoup à toi. Ils ne peuvent pas te perdre car sans toi ils n’existeraient pas, sans toi ils ne seraient rien, sans toi ils rentreraient chez eux à faire la queue pour chercher du travail. Fais-moi confiance Mère Afrique, s’ils veulent une pleine liberté de mouvement, presque sans contrôle, ce n’est que pour mieux t’aider. Ils veulent choisir librement ton traitement, ton développement économique, tes priorités et ton futur. Et si un de tes malheureux enfants osait faire une loi pour limiter leurs actions, tu peux être sûre qu’ils crieront au monde entier l’injustice subie et lanceront des alertes bouleversantes : « On prévoit l’arrivée d’une épidémie. Sans nous, c’est la population civile qui en subira les conséquences » et ils obligeront le UNHCR1 à déclarer : « Ces lois ne se justifient pas et compromettraient le développement de l’Afrique ». Lève-toi Mère Afrique ! Bien que plusieurs années se soient écoulées et que les invités soient de plus en plus nombreux, on ne comprend pas pour quelle raison, en revanche, tes problèmes se sont multipliés et compliqués. Il y aurait-il un lien entre les deux facteurs ? Et, où sont passées les promesses qui auraient soigné tes enfants malades, déraciné la pauvreté, arrêté la guerre ou promu un commerce plus équitable ? Mère, es-tu vraiment naïve à tel point que tu crois qu’un kilo de farine vaut un kilo d’or ?
Regarde-toi tout autour, Mère Afrique, tes enfants sous-alimentés d’hier continuent encore à mourir de faim aujourd’hui et les seules à grossir sont ces sales mouches bourdonnantes. Tes guerres fratricides n’ont jamais été résolues à la racine, au contraire,dotées d’armes de nouvelle génération, elles éclatent partout, comme des popcorns. Et ces armes meurtrières ne sont certainement pas fabriquées par des africains ! On dit que tu élèves et que tu caches les terroristes, mais on ne dit pas que ces gens-là sont leurs soldats. L’opération « war on terror » fera en sorte que des militaires d’outre-mer, armés jusqu’aux dents, rentrent partout, sans respecter les frontières, pour donner la chasse aux terroristes. Tu n’a plus d’échappatoires, Mère Afrique : « La guerre du futur est en Afrique ! », comme plusieurs le disent. Et suite à un massacre ou à un génocide ethnique – religieux, la seule chose qu’il te restera à faire c’est de supplier l’intervention des secours internationaux et, ponctuellement, des loups habillés en brebis arriveront. Les mêmes personnes qui ont vendu des armes à tes enfants et provoqué la guerre avec leur philosophie cynique du dividi et impera. Et pour toi il n’y aura jamais de paix, sinon un énième déjà vu !
Lève-toi Mère Afrique et regarde-toi tout autour ! A tes enfants, tu n’offres certainement pas un lieu où ils puissent se sentir réellement protégés, dans la rue il y a des cadavres qui réclament justice. Mère, arrête de pleurnicher maintenant, arrête de te maudire, enterre les barbaries et mets fin à leurs souffrances. Mère, c’est le moment d’agir, c’est le moment de faire attention à ces enfants que tu as enfantés. Leur futur est dans tes mains, il n’y a que toi qui peux les sauver. Crois-tu encore que les arbitres du monde ont éteint ton feu avec de l’eau ? Crois-tu encore qu’en accueillant tes réfugiés sous leurs tentes ils t’ont édifié un château ? Ne crois-tu pas, en revanche, qu’en les laissant gambader librement dans ton enclos ils t’ont emprisonnée à vie ? Ne crois-tu pas qu’en leur ouvrant ton cœur ils ont volé ton âme pour l’éternité ?
Lève-toi Mère Afrique, ils ne sont pas venus ici pour t’aider ! Tes bienfaiteurs sont des prédateurs et des bourreaux, ces sont les pirates d’outre-mer. Libère-toi des chaînes du colonialisme et arrête de mendier leurs aides. Les riches comme toi ne devraient absolument pas mendier. Apprends Mère Afrique de ceux qui, les premiers, ont brisé les chaînes de l’esclavage, demande-le à ta fille Érythrée, la seule à être sortie vivante de ce tunnel noir qui paraissait sans espoir. Oui, c’est cette jeune de vingt ans qui depuis sa naissance a cru en sa propre autosuffisance en renonçant au « don » d’un kilo de farine. Uniquement de ses propres forces elle a construit des routes, des ponts, des barrages, des écoles et des cliniques, sachant que les « aides humanitaires », comme une malédiction, étaient à la base de tous les maux africains car elles corrompaient et rendaient esclaves leurs bénéficiaires. Le seul moyen d’être libres était de se battre corps et âme, mais pour y arriver il fallait être au moins fiers. Et elle l’était vraiment. Liberté et fierté, Mère Afrique, exigent de payer un prix élevé et ta fille Érythrée a payé tout cela très cher. Les organisations humanitaires qui étaient venus soigner tes maladies commencèrent à lui mettre des bâtons dans les roues car elles savaient que la philosophie de l’autosuffisance déterminerait leur fin. Ainsi, pour s’auto-défendre, elles ont accusé l’Érythrée de priver son peuple de la vitamine des droits de l’homme, elle qui, au contraire, avait lutté toute sa vie pour l’acquérir. Elles ont inventé toutes sortes de mensonges, elles ont dit qu’elle alimentait le terrorisme et ont applaudi aux sanctions de l’ONU en ignorant que de cette façon on frapperait ces mêmes personnes dont elles voulaient défendre les droits. Érythrée trébucha et tomba bruyamment mais, malgré leur résistance, jamais elles l’ont vue à genoux, elle se releva pour apprendre à ses enfants que dans la vie il ne faut jamais baisser les bras. Et ensuite, on enleva sa jeunesse en l’attirant hors des frontières par la promesse d’une vie plus aisée, et en réalité on l’a emmenée mourir entre le désert et la mer. Et pour ne pas faire entendre au monde son cri de douleur on lui a cousu la bouche et étouffé la vérité. Ce fut une véritable tragédie. Mais la vérité ne meurt jamais et les érythréens qui disent tous en chœur Awet n’Hafash2, sans jamais se rendre, défendront la Terre qu’ils ont héritée de leurs martyrs qui pendant trente ans se sont battus pour elle contre l’armée africaine la plus puissante de l’époque et l’ont battue.
Lève-toi, Mère Afrique, apprend de ta fille Érythrée ! C’est évident que crier Awet n’Hafash équivaut à une déclaration de guerre, mais cela en vaudra toujours la peine. Du reste, tu n’a pas le choix, ou bien tu continue à subir éternellement la barbarie des pirates, en sachant que chaque jour sera pire, ou bien tu te révoltes et tu cherches à sauver ce que l’on peut : tes enfants de demain. Même l’actuelle génération « corrompue et complice » des vampires, qui jusqu’à maintenant ont dilapidé tes ressources et qui t’ont exploitée, peut encore faire la différence. Aujourd’hui tous les africains doivent prendre ce chemin du salut, à commencer par eux mêmes,pour être d’honnêtes citoyens. Pour t’affranchir de la misère, Mère Afrique, il faut avoir l’ambition d’être incorruptible, l’honnêteté de chacun sera ta renaissance. Mais pour y arriver il faut au moins être fier. Ce n’est qu’à ce moment-la, Mère Afrique, que tu découvriras que les pirates ne sont plus là et qu’avec eux ont aussi disparu ces sales mouches bourdonnantes, que ta cuisine regorge de nourriture et que tes enfants rentrent de l’école en jouant heureux. Des camps de réfugiés vides il ne restera que le bruissement des tentes de plastique sous le vent du changement.
Et, enfin, la paix sera avec toi, Mère Afrique. Alors, Lève –toi !

Source : Investig’Action

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire