lundi 2 février 2015

AFGANISTAN : Un pays avant les islamistes. Kaboul était « une ville cosmopolite. Les artistes et les hippies inondaient la capitale.

Les droits des femmes sont de plus en plus utilisés comme
instrument de propagande favorisant des desseins impériaux.
Les États-Unis et leurs alliés ont tenté de légitimer leur occupation militaire en Afghanistan sous la bannière de la “liberté et de la démocratie pour le peuple afghan”. Cependant, en ce qui concerne le destin de notre peuple, ce que nous avons vécu depuis 3 décennies nous a démontré que le gouvernement étasunien prend d’abord ses propres intérêts politiques et économiques en considération et a renforcé et équipé les groupes fondamentalistes les plus traitres, antidémocratiques, misogynes et corrompus en Afghanistan.

Voici comment l’Association révolutionnaire des femmes en Afghanistan (RAWA) a décrit la situation.
Ce sont les États-Unis qui ont installé le régime des talibans en Afghanistan en 1996, une stratégie de politique étrangère ayant mené à l’anéantissement des droits des femmes.

Dans les années 1980, Kaboul était « une ville cosmopolite. Les artistes et les hippies inondaient la capitale. Les femmes étudiaient l’agriculture, 
l’ingénierie et le commerce à l’université de la ville, elles occupaient des postes dans la fonction publique. » Il y avait des femmes députés, elles conduisaient des voitures, voyageaient et fréquentaient des hommes sans avoir à demander la permission à un gardien.

« Le campus de l’Université de 
Kaboul ci-dessus n’a pas beaucoup changé contrairement aux gens. Dans les années 1950 et 1960, les étudiants portaient des vêtements de style occidental et les jeunes hommes et femmes se côtoyaient assez librement. De nos jours, les femmes couvrent leur tête et la majorité de leur corps, même à Kaboul.

Un demi-siècle plus tard, les hommes et les femmes vivent dans des univers bien plus séparés.

Avant l’arrivée au pouvoir des talibans. Les femmes afghanes avaient un style de vie très semblable à celui des femmes occidentales (voir photos).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire