dimanche 11 janvier 2015

Naji Ali, Un grand caricaturiste palestinien assassiné par le Mossad. La presse occidentale ne s’est pas émue de cette atteinte à la liberté d’expression, comme c’est le cas aujourd’hui après l’attentat dont a été victime Charlie Hebdo. Deux poids et deux mesure ?




Oui, ceux qui rappellent aujourd’hui l’assassinat, dans l’indifférence générale, du très talentueux dessinateur palestinien Naji Ali, par le Mossad, ont raison.
Souvenons nous  ! Le dessinateur et caricaturiste palestinien Naji al-Ali, célèbre au Proche-Orient, a été assassiné à Londres, le 22 juillet 1987, près du quotidien koweiti Al-Qabas où il travaillait. Il était irrévérencieux à l’égard des potentats arabes, appelait le sionisme par son nom et dénonçait la corruption de certains dirigeants palestiniens. Un tueur-professionnel lui a logé une balle dans la tête et a continué son chemin calmement, sans être inquiété.
La presse occidentale ne s’est pas émue de cette atteinte à la liberté d’expression, comme c’est le cas aujourd’hui après l’attentat dont a été victime Charlie Hebdo. Deux poids et deux mesure  ?
Dix mois plus tard, Scotland Yard a arrêté un certain Ismaïl Suwan, un étudiant palestinien impliqué dans l’organisation du meurtre. Interrogé, il a révélé qu’il avait été recruté par le Mossad et que ses supérieurs l’avait informé du projet d’assassinat.
Devant le refus d’Israël de s’expliquer sur ce crime, Margaret Thatcher – Premier ministre britannique - ordonna la fermeture de l’antenne du Mossad à Londres - Palace Green - et l’expulsion de deux «  diplomates  » israéliens. Bien que connue du MI5 – service de renseignement intérieur britannique – l’identité de l’assassin – un agent du Kidon, le service action du Mossad - n’a jamais été divulguée.
La presse occidentale n’a pas remué ciel et terre pour que le tueur et ses commanditaires soient appréhendés et jugés.
Le Mossad a poursuivi ses activités en Grande-Bretagne tranquillement, mais sans statut officiel. Et en 1998 Ephraïm Halevy, nouvellement nommé à la tête du Mossad, obtenait de Margaret Thatcher la réouverture du bureau du Mossad à Londres.
A lire : Le Livre de Handala, caricatures de Naji al-Ali, paru en 2011 aux Editions Scribest (140 dessins de Naji aL-Ali inédits & annotés)
Dans la présentation de ce livre, le dessinateur- caricaturiste français Siné – licencié de Charlie Hebdo en juillet 2008 pour des propos dits antisémites  » par Philippe Val, le directeur d’alors - a rappelé que le dessinateur a été tué «  à cause des convictions qu’il exprimait à merveille à travers ses dessins et son petit personnage nommé Handala« Handala, réfugié palestinien de 10 ans misérable, est présent sur tous les dessins de Naji al-Ali, le dos tourné au monde qui a trahi son peuple. »

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire