mercredi 23 octobre 2013

La France soutient le camp des perdants…. En s'alignant sur l'Arabie saoudite, François Hollande lie son sort au camp des perdants et prend le parti de ceux qui financent Al-Qaïda en Syrie.


Les responsables français lient l'avenir de leur relation avec la région au sort de l'agression contre la Syrie. L'administration du président François Hollande a remplacé son partenariat avec l'émirat du Qatar, hérité du mandat de Nicolas Sarkozy, par une alliance avec la monarchie saoudienne, qui exprime publiquement et hystériquement sa déception après l'échec de l'agression de Barack Obama contre la Syrie.
Les présidents Hollande et Sarkozy ont réussi à détruire l'image supposée de la France en tant que grande puissance indépendante, et sont apparus comme de petits exécutants des ordres américains. Des soupçons laissent croire que leur enthousiasme à la guerre universelle contre la Syrie serait dicté par des considérations financières directement liées au Qatar et à l'Arabie saoudite. Les médias français  ont d'ailleurs évoqué ces dernières années la dimension financière dans les choix de la politique étrangère de la France.
Quoi qu'il en soit, François Hollande a hystériquement appuyé l'agression contre la Syrie et n'a pas été en mesure de s'adapter à la reculade imposée aux Etats-Unis par la résistance de la Syrie et la détermination de la Russie et de l'Iran. Hollande a partagé la déception de l'Arabie saoudite, qui traverse des moments difficiles après l'échec de tous ses paris, en raison du changement du climat international en faveur du président Bachar al-Assad.
François Hollande a transformé la France en Etat défaillant. Dans le passé, le pouvoir français avait réussi à se distinguer, au moins verbalement, de la politique américaine, dans le but de conserver une marge de manœuvre et de jouer le rôle de médiateur lorsque les Etats-Unis en avaient besoin. C'est le rôle qu'avait joué Nicolas Sarkozy, après 2007, pour absorber l'échec américain au Proche-Orient et, surtout, la défaite israélienne lors de la guerre de juillet 2006.
En s'alignant sur l'Arabie saoudite, François Hollande lie son sort au camp des perdants et prend le parti de ceux qui financent Al-Qaïda en Syrie. Il cautionne la colère saoudienne contre la montée en puissance de la Russie et de l'Iran -une ascension reconnue par Obama-, et de la victoire du président Bachar al-Assad, dont l'annonce n'est plus qu'une question de temps. Cette attitude va conduire à l'isolement total de la France, qui ne sera pas en mesure de tirer profit des changements en cours dans le monde. Gagner les faveurs de l'Arabie saoudite ne suffira pas à compenser cette perte, surtout que ce royaume tyrannique, despotique et obscurantiste est indéfendable. Bachar al-Assad, lui, reste un président moderne, laïque, combattant le terrorisme takfiriste soutenu et financé par la dynastie des Saoud.
La plus grande honte de Hollande et, avant lui de Sarkozy, est d'avoir trahi les constantes de la politique étrangère de la France, la plus importante étant la protection des chrétiens d'Orient et de leur rôle dans leurs pays respectifs.
La France a armé et a politiquement soutenu des groupes terroristes responsables de crimes atroces contre les chrétiens, leurs lieux de culte et leurs biens en Syrie. Paris s'est chargé de couvrir ces crimes commis sous la bannière de la révolution syrienne, qui n'est en réalité qu'une agression coloniale occidentale appuyée par les pétromonarchies rétrogrades du Golfe et la Turquie néo-ottomane. Pire encore, de hauts responsables français n'ont pas caché leur implication dans le complot visant à chasser les chrétiens du Liban et de Syrie, selon les informations qui avaient filtré de la rencontre houleuse entre Nicolas Sarkozy et le patriarche maronite Béchara Raï. La destruction de l'Etat laïque en Syrie ne peut que conduire à la disparition des chrétiens d'Orient, menacés par la montée en puissance des mouvements takfiristes soutenus par le nouvel allié stratégique de la France dans la région: l'Arabie saoudite.
Source : TENDANCES DE L’ORIENT

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire