mardi 3 avril 2012

FRANCE : Appel pour la formation de comités locaux Front de Gauche

Pour l’adhésion directe au Front de Gauche dans le cadre de Comités Locaux du Front de Gauche
Notre pays, notre société s’apprêtent à négocier un tournant historique.
 Si nous ratons le virage, nous allons dans le décor et ce sera brutal.
Il y a deux manières de le rater :
- soit en reconduisant SARKO et l’UMP au pouvoir,
- soit en envoyant à la direction une gauche timorée qui n’osera pas réaliser les transformations nécessaires.
Déjà il faudra envoyer à l’assemblée un maximum de députés du Front de Gauche. Mais cela ne suffira pas.
Explication : Imaginez qu’un président de gauche et une assemblée de gauche soient élus. La gauche serait au pouvoir dans TOUTES les institutions : Assemblée Nationale, Sénat, Régions, bon nombre de Conseils Généraux.
Mais quelle gauche ? Une gauche timorée face aux marchés financiers ? face aux institutions européennes gangrenées par la "concurrence libre et non faussée" ? Imaginez ensuite que cette gauche ne parvienne ni à sortir le pays de la situation dans laquelle il s’enfonce ni à susciter un mouvement européen de changement.
Alors bon nombre de nos concitoyens, après avoir essayé trois fois la droite, trois fois la gauche, souhaiteront essayer l’extrême droite. Pour éviter cela il faut que les citoyens qui désirent voir advenir :
- un partage des richesses à la fois plus juste moralement et plus efficace économiquement,
- une société réellement écologique
- et une démocratie véritable à la place de cette monarchie républicaine qu’est la 5ème République,
disposent d’un cadre d’expression, d’organisation et d’action leur permettant d’influer puissamment sur le cours des choses, et, pour le dire plus nettement : "puissent aider les partis au pouvoir à ne pas dévier" de ces objectifs.
Mais... Le Front de Gauche est un rassemblement de partis et d’organisations, une alliance électorale, dans laquelle chaque composante demeure en tant qu’entité qui conserve sa structure, son fonctionnement propre, etc...
C’est déjà formidable que cette alliance ait pu se constituer et le résultat est plus que satisfaisant lorsqu’on voit l’accueil fait à son candidat JL MELENCHON.
Mais on sait bien que les organisations, et c’est normal, légitime et naturel, souhaitent continuer à exister (à persévérer dans leur être aurait dit SPINOZA...) et, quand elles le peuvent, se développer. Et c’est particulièrement vrai à l’heure actuelle pour le PCF qui, grâce à l’alliance avec le Parti de Gauche et au talent de JL MELENCHON, relayé par la mobilisation exemplaire des militants du PCF et du PG (entre autres), connait une véritable renaissance, lui qui était quasiment "mort électoralement".
C’est aussi vrai mais pour une raison totalement différente, pour le Parti de Gauche qui, lui, est tout neuf et ne peut que souhaiter grandir.
Il résulte de cela que les deux principaux partis composant le Front de Gauche espèrent se développer, augmenter le nombre de leurs adhérents à l’occasion des campagnes présidentielle et législative. Rien que de normal encore une fois. Le problème est aussi que la "forme parti" est un mode d’organisation qui convient de moins en moins aux citoyens des sociétés actuelles, ce qui les incite à rester au bord du terrain, se limitant à encourager les joueurs, à applaudir leur équipe si elle gagne et leur donne du plaisir, à la siffler lorsqu’elle perd, et à réclamer le remplacement de l’entraineur.
Comment faire ?
Il faut donc inventer une forme nouvelle de participation à la vie politique et sans doutes de nouvelles "règles du jeu" car elles n’existent pas encore. Comme beaucoup d’inventions humaines, ces innovations se feront "en marchant", dans l’action : il n’y a pas encore en la matière de plans préconçus sur le "marché" des idées politiques. "caminante, no hay camino, [toi qui marches, il n’existe pas de chemin,] se hace camino al andar. [le chemin se fait en marchant.]" a écrit le poète espagnol Antonio MACHADO
Mais, en attendant que cette nouvelle forme s’élabore collectivement, il nous faut bien, dans l’urgence de la situation actuelle (jusqu’au législatives et encore après), un cadre dans lequel les motivations et l’intelligence de ceux qui aspirent au changement puissent y contribuer concrètement : La création de Comités Locaux du Front de Gauche avec adhésion directe, sans devoir adhérer à l’un des partis existants, est une solution.
Elle permettrait de mobiliser beaucoup plus d’intelligence collective et de créativité au service du changement et de limiter les tentations habituelles des responsables et des élus des partis de faire passer les intérêts à court terme de leur organisation avant l’intérêt général qui consiste à privilégier le rassemblement, l’unité.
Elle a aussi le mérite et la légitimité de répondre à l’appel lancé par JL MELENCHON lors de son meeting de LILLE : " La consigne c’est : il n’y a pas de consigne à attendre d’en haut ! Il vaudra mieux avoir à réparer les dégâts de l’action que ceux de l’inaction". Et à l’un de ses slogans : "Prenez le pouvoir ! Présidons !"
Il faut bien reconnaître que nous nous comportons trop souvent en consommateurs de politique : A chaque élection nous examinons ce que nous présente l’étalage des partis et nous faisons notre marché. Si aucun "produit" ne correspond à notre attente nous nous abstenons.
A notre décharge il faut bien reconnaître aussi que ce que l’on nous propose depuis quelques temps n’est pas très attractif... Mais il arrive un moment où, à force de ne pas trouver sur le "marché" ce dont nous pensons avoir besoin, il ne reste plus d’autre solution ... que de le produire soi-même.
"On n’est jamais si bien servi que par soi-même !
C’est pourquoi nous pouvons, nous devons, dès maintenant, prendre l’initiative de lancer autour de nous cet appel aux citoyens de tout le pays à la création de Comités Locaux du Front de Gauche et demander aux partis et organisations du Front de Gauche de se mettre d’accord sur la possibilité d’adhésion directe à ces Comités.
Mais soyons cependant lucides et clairvoyants :
Un grand nombre de personnalités de gauche (notamment des compagnons de route du PCF, comme Ariane ASCARIDE, Robert GUEDIGUIAN, Jack RALITE, Georges SEGUY, Louis VIANNEY, Gérard MORDILLAT, etc...) toutes très estimables ont récemment lancé un appel à la création partout dans le pays un "Réseau Citoyen : « Initiatives Citoyennes-Front de gauche »" Cette initiative, pour excellente qu’elle soit, ne répond pas au problème ici soulevé. En effet, ces Assemblées, dans lesquelles tous les citoyens seraient appelés à s’exprimer, n’auront qu’une voix consultative auprès du Front de Gauche.
Les partis composant le Front de Gauche pourront, au mieux, y puiser de bonnes idées voire infléchir leurs orientations sur tel ou tel point, au pire, les écouter poliment mais ils ne seront pas tenus de se conformer à leurs vœux puisque le Front de Gauche n’est pas fait pour ça. C’est une alliance électorale, certes nécessaire et efficace mais pas un mouvement politique unifié.
Les appareils politiques resteront en place avec leur stratégie propre. Ce qui est proposé ici est TRES différent : c’est à la constitution d’une nouveau cadre d’action politique commun aux adhérents des partis composant le Front de Gauche ET à tous les citoyens qui le souhaiteraient ET dans lequel les décisions se prendraient sur la base de "un participant(e) = une voix", qu’il soit ou non "encarté(e)" par ailleurs et non plus sur la base du poids électoral respectif de chaque parti au sein de l’alliance. Et ça change tout ! Cela n’implique pas la disparition des partis qui conservent une fonction précieuse de réflexion et d’élaboration de propositions en regroupant les personnes par affinité mais cela permet de dépasser, pour l’action, les divergences inévitables que la forme parti tend à figer. Il faut préciser et souligner que cette idée d’adhésion directe au Front de Gauche est défendue au sein du Front de Gauche par l’une de ses composantes : la FASE (Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, qui a rejoint le FdG en Juin 2011), créée en 2008. La FASE se veut une organisation vouée à disparaître dès lors que sera atteint l’objectif de rassemblement de la gauche alternative à partir du Front de Gauche qui en est, pour elle, la première étape.
Ne nous plaignons plus de ne pas trouver auprès des partis en place ce que nous cherchons, cessons de nous lamenter sur notre sort et de craindre l’avenir en nous attristant de notre impuissance. Prenons le pouvoir en le reprenant d’abord sur nous-mêmes : sortons de cette croyance, instillée au plus profond de nous à longueur d’antenne par les innombrables « experts » dans les média, que nous n’y pouvons rien.
Ne restons pas spectateurs blasés de la vie politique, consommateurs sceptiques,
Prenons notre avenir, notre sort en main !
http://www.penseelibre.fr/appel-pour-la-formation-de-comites...
URL de cet article 16269 http://www.legrandsoir.info/appel-pour-la-formation-de-comites-locaux-front-de-gauche.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire