samedi 22 octobre 2011

Manichéisme en Libye : dans quel camp sommes-nous vraiment ?

......Nous ne saurons probablement jamais la vérité car l’Histoire est toujours celle des vainqueurs, et, dans les mois qui viennent, on « découvrira l’ampleur des crimes de Khadafi » en lui attribuant les crimes du CNT et, pourquoi pas, ceux de la dynastie Senoussi qu’il avait renversée......
....Les dictateurs préfèrent en général la retraite dorée dont ils ont les moyens. C’est pourquoi le fantôme de Khadafi évoquera autre chose que ceux de Moubarakh ou de Ben Ali quand ils auront disparu......

« … le colonisateur, qui, pour se donner bonne conscience, s’habitue à voir dans l’autre la bête, s’entraîne à le traiter en bête, tend objectivement à se transformer lui-­même en bête. …  » - Aimée Césaire (Discours sur le colonialisme) - http://www.ldh-toulon.net/spip.php?article554
D’un côté « le tyran burlesque et cruel », de l’autre les bombardiers de l’impérialiste humanitaire alliés à de soi-disant révolutionnaires. Simple, facile, pratique !
La mort de Mouammar Khadafi éclaire cependant le théâtre sinistre et pétrolier de la Libye « libérée ».
Nous ne saurons probablement jamais la vérité car l’Histoire est toujours celle des vainqueurs, et, dans les mois qui viennent, on « découvrira l’ampleur des crimes de Khadafi » en lui attribuant les crimes du CNT et, pourquoi pas, ceux de la dynastie Senoussi qu’il avait renversée.
Mais peu de dictateurs meurent les armes à la main en résistant pendant des mois à la puissance technologique de l’impérialisme.
Les dictateurs préfèrent en général la retraite dorée dont ils ont les moyens. C’est pourquoi le fantôme de Khadafi évoquera autre chose que ceux de Moubarakh ou de Ben Ali quand ils auront disparu.
On peut lire ici (#) un article intitulé « Lybie, le sang du lion et le festin »de Bahar Kimyongür avec cette phrase : « Mais le lion s’est dérobé à leurs griffes pour rejoindre Lumumba et Sankara, les autres enfants martyres de l’Afrique héroïque. »
On a le droit de ne pas partager cet avis tout en étant persuadé qu’il sera celui de tous les africains en lutte.
Patrice Lumumba a été fait héros national du Congo par l’un de ses bourreaux, Mobutu.
S’il n’avait pas été assassiné et s’il s’était maintenu à la tête du Congo, j’imagine facilement ce que la propagande impérialiste aurait répandu sur son compte pour en faire un tyran à abattre.
Durant ces premiers mois de la guerre impérialiste contre la Libye de Khadafi, quel choix avons-nous fait ?
Disons le clairement :
« LA GAUCHE * » EST RESTEE NEUTRE ! » lorsqu’elle n’a pas été complice.
La propagande impérialiste a été si efficace qu’avant de prononcer ou d’écrire le nom de Khadafi, il fallait obligatoirement préciser qu’il s’agissait d’un tyran et d’un criminel voire d’un fou aux costumes étranges (exotiques) et donc se placer immédiatement du côté des « humanitaires » et des « révolutionnaires ».
Chaque fois qu’on essayait d’introduire une nuance et de faire la part de ce qui était prouvé et de ce qui ne l’était pas, on était immédiatement accusé de supporter un tyran.
En 1830 aussi s’opposer à la colonisation de l’Algérie revenait à soutenir un « obscurantiste » l’émir Abd El Kader ? (qui épargnait les prisonniers, lui, quand, de l’autre côté on récoltait des barrils d’oreilles »)
Il était possible de rester clair sur Khadafi, et de ne pas absoudre les crimes avérés tout en considérant au moins que, par son entrée en résistance contre cette offensive néo-coloniale, il se trouvait du bon côté, mais ce qu’on a vu, c’est « une gauche » incapable de s’opposer à une guerre d’agression autrement que par des déclarations très ambigues quand elle n’approuvait pas carrément l’intervention.
« La gauche » s’est placée confortablement sur « l’axe entre « le Bien » et « le Mal » en penchant beaucoup à droite, du côté du « Bien ».
Rien d’étonnant venant des sociaux-démocrates, mais les autres ? Où étaient-ils ? A la recherche de leurs repères ?
AUCUNE MANIFESTATION DE « GAUCHE » N’A ETE ORGANISEE CONTRE CETTE GUERRE où notre pays était directement engagé !
Désormais, celui qui évoquera « le pays des Droits de l’homme » provoquera des ricanements, ce qui n’est pas nouveau, mais sans doute aussi de la haine
* Ce mot "gauche"ne mérite plus que des guillemets.
(#) « Lybie, le sang du lion et le festin »
pilhaouer
http://bellaciao.org/fr/spip.php?article121559
URL de cet article 14913 http://www.legrandsoir.info/manicheisme-en-libye-dans-quel-camp-sommes-nous-vraiment.html

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire