lundi 18 avril 2011

Les Révoltes des Peuples Arabes,une leçon aux démocraties europeénnes, usées et apeurées, paralysées par la dépendance .....

Les Révoltes des Peuples Arabes,une leçon aux démocraties europeénnes, usées et apeurées, paralysées par la dépendance énergétique et des impératifs économiques.
Les régimes autoritaires ont été (et continuent d’être) complaisamment protégés par les démocraties européennes au mépris de leurs propres valeurs et au prétexte qu’ils constituaient des remparts contre l’islamisme radical. Le même argument cynique utilisé, à l’époque de la guerre froide, par l’Occident pour soutenir des dictatures militaires en Europe (Espagne, Portugal, Grèce, Turquie) et en Amérique latine, en prétendant empêcher ainsi l’arrivée du communisme au pouvoir.

Quelle formidable leçon donnent les sociétés arabes révoltées à ceux qui, en Europe, ne les décrivaient qu’en termes manichéens : soit des masses dociles soumises à des satrapes orientaux corrompus, soit des foules hystériques possédées par le fanatisme religieux.
Or voilà qu’elles surgissent soudain, sur les écrans de leurs ordinateurs ou de leurs téléviseurs, préoccupées de progrès social, aucunement obsédées par la question religieuse, assoiffées de liberté, excédées par la corruption, détestant les inégalités et réclamant la démocratie pour tous, sans exclusives.
ces peuples ne constituent nullement une sorte d’ "exception arabe" mais apparaissent semblables, dans leurs aspirations politiques, au reste des sociétés urbaines modernes éclairées. Le tiers de ce monde arabe naviguent régulièrement sur Internet.
ce sont les nouvelles technologies de communication de l’Internet qui animent ces mouvements. Ceux-ci proposent une nouvelle version de la société civile où le refus de l’autoritarisme va de pair avec le rejet de la corruption.
Grâce notamment aux réseaux sociaux numériques, les sociétés arabe touchés par ce vent de liberté, se sont mobilisées à très grande vitesse et ont pu bousculer les pouvoirs en un temps record. Avant même que les mouvements aient eu l’occasion de "mûrir" et de favoriser l’émergence en leur sein de dirigeants nouveaux. C’est une des rares fois où, sans leader, sans organisation dirigeante et sans programme, la simple dynamique de l’exaspération des masses a suffi à faire triompher une révolution.
Jeunesse Arabe,Restez debout,le monde est fier de vous !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire